jeudi, 13. décembre 2018

Mercredi 1er août a marqué symboliquement le jour où, d’après les calculs de l 'ONG « Global FootPrint network », l'humanité aura consommé toutes les ressources que peut régénérer la terre en une année. L'épuisement des sols, des ressources océaniques, la sur-exploitation minière, la déforestation, la destruction de nombreux écosystèmes avec la perte de biodiversité qui s'en suit, sont aujourd'hui une triste réalité. L'incapacité de la biosphère à absorber la totalité des émissions de CO2 émise par les activités humaines, et qui s'accumulent ainsi dangereusement dans l’atmosphère, provoquant cette catastrophe globale qu'est le réchauffement climatique, démontre à elle seule que notre mode de développement actuel est insoutenable.

Pourtant de nombreuses instances internationales de protection de la nature, émanant de l'ONU, en premier lieu le GIEC, l'UICN, ainsi que des groupes de scientifiques, tirent la sonnette d'alarme depuis des années et appellent à des politiques internationales ambitieuses et de long termes, avec des moyens financiers conséquents. Or le système capitaliste mondialisé, dont la seule boussole est le profit, et ayant pour seul tempo le temps court du « retour sur investissement », ne répond pas à ces recommandations, : au contraire, il aggrave la fuite en avant de la surconsommation de matières premières et la destruction de la planète.

Il est possible aujourd'hui en réorganisant les centres de production pour les rapprocher des lieux de consommation, au contraire des traités de libres échanges, en innovant socialement avec de nouveaux modes de consommation, en luttant grâce à l'éducation contre le consumérisme débridé abondamment relayé par la publicité, d'assurer à la fois un mode soutenable de développement et la réponse aux besoins fondamentaux des 10 milliards d'être humains que comptera la planète en 2050. La planète et l'humanité ont besoin d' un nouveau mode de développement en promouvant les principes de l'économie circulaire, les mesures d'efficacité énergétique, une agriculture raisonnée. Il s'agit également d'associer citoyen·ne·s et salarié·e·s avec de nouveaux pouvoirs d'intervention à tous les niveaux, dans les entreprise, les banques, les institutions. C'est ainsi que nous dépasserons le système capitaliste et que nous changerons vraiment la donne.

Source:

Parti Communiste Français

Real time web analytics, Heat map tracking