vendredi, 20. juillet 2018
RedGlobe Actualité
feed-image RSS Feed
Statistics

Today: 11159

Yesterday: 26869

Since 01/06/2005: 42646405

Édouard Philippe a présenté ce matin le nouveau plan anti-terrorisme. A la veille d'un week-end marqué par des rassemblements populaires importants (14 juillet, finale de la coupe du monde...) et où le souvenir traumatisant de l'attentat de Nice continue d'hanter les esprits, le gouvernement n'annonce rien de fondamentalement neuf.

La perspective d'un Parquet anti-terroriste reste critiquée dans la magistrature. La crainte d'un affaiblissement des moyens judiciaires dévolus à la lutte contre le terrorisme par la césure de l'anti-terrorisme, avec les autres services judiciaires notamment du Parquet de Paris, reste forte et les annonces du Premier Ministre sont peu précises de ce point de vue.

Le PCF appelle à manifester le 21 juillet à 14h à Beaumont-sur-Oise, pour demander la justice et la vérité sur la mort d’Adama Traoré et pour soutenir la famille engagée depuis 2 ans dans ce combat, mais aussi pour demander la vérité sur la mort de Boubakar à Nantes.

La police incarne la force de la loi et la République. Elle a notamment pour mission de faire reculer le climat de défiance et d'accompagner une politique de sécurité et de justice respectueuse des droits et des libertés.

Il ne s’agit pas d’un fait divers social isolé. En effet, depuis 2012, quatre accidents mortels ont été enregistrés sur le site d’ArcelorMittal-Dunkerque. Les intérimaires et les travailleurs précaires en sont les premières victimes.

Les grands groupes comme ArcelorMittal ont recours presque systématiquement à la sous-traitance. Les sociétés d’intérim envoient trop souvent leurs intérimaires sur des postes à haut risque avec une préparation insuffisante : un intérimaire aura ainsi 35 heures de formation alors que dans le même temps, un salarié d’Arcelor en disposera de 400 ou 600.

Pourtant, lors de ces deux dernières années, des pays majeurs auraient pu bifurquer sur une autre voie. Le « socialiste » Bernie Sanders aurait pu devenir Président des États-Unis en lieu et place de Donald Trump ; à l’élection générale en Grande-Bretagne, la percée de Jeremy Corbyn confirme cette tendance ; en France il s’en est fallu de 600 000 voix pour empêcher l’insoumis Jean-Luc Mélenchon de disputer, avec de bonnes chances de succès, le second tour de l’élection présidentielle. C’est la confirmation de l’instabilité de la période : tout peut aussi basculer vers une issue positive. Des éléments en présence – le pire comme le meilleur – peuvent surgir. Il y a donc une voie possible. , le talon n’est de fer qu’en apparence. En favorisant à outrance une oligarchie toujours plus réduite au détriment du plus grand nombre, le capitalisme financiarisé développe mécaniquement un obstacle grandissant à son emprise : le peuple. Voilà pourquoi notre objectif révolutionnaire reste le même : amener celui-ci à prendre conscience de sa force, le fédérer contre l’oligarchie financière.

Le rapport d'enquête parlementaire révèle une série de points faibles et de problèmes dans le fonctionnement de notre parc nucléaire. Ce rapport confirme ce que les organisations syndicales et les parlementaires communistes expriment de longue date, notamment en matière de recours massif à la sous-traitance pour assurer la maintenance des réacteurs (Cf. cahier d'acteur lors du débat public national sur la programmation pluriannuelle de l'énergie https://ppe.debatpublic.fr/node/4539)

Le gouvernement a complété, à cette étape du débat parlementaire, l'article 1er de la Constitution pour indiquer que la France « agit pour la préservation de l'environnement et de la biodiversité et contre le changement climatique ». Cette évolution, après l'introduction de la charte de l'environnement de 2005 qui a, rappelons-le, pleinement valeur constitutionnelle, ne marque aucunement une évolution supérieure à ce qui est déjà inscrit dans la Constitution.

Cette mort est un drame supplémentaire qui vient tendre les relations entre la police et la population.

Nous rappelons que des contrôles abusifs ont lieu quotidiennement dans les banlieues populaires, contrôles souvent humiliants qui touchent notamment les plus jeunes, et déjà responsables de plusieurs morts, comme celles de Zyed Benné, Bouna Traoré, et Adama Traoré.

Composé d’armées pour la plupart sabotées par des décennies d’austérité, le G5 Sahel est incapable de défendre son propre QG et de recueillir  les 400 millions d’euros promis par ses « partenaires ».  L’enlisement menace. Des massacres sont régulièrement commis contre des populations civiles, parfois par des soldats du G5 eux-mêmes !

Face à ce discrédit la réponse du conciliabule organisé par E. Macron s’est résumée à des annonces purement militaires et sans lendemain. Cet entêtement relève de l’aveuglement. La lutte strictement militaire contre le jihadisme est une impasse.

Le 9 juillet, le président de la République, Emmanuel Macron, convoque une nouvelle fois les parlementaires en Congrès au château de Versailles. Le Président des riches agit de plus en plus comme un monarque au dessus du peuple, attendant du Parlement qu’il se contente d’exécuter ses directives politiques.

Ce jour là, Emmanuel Macron lancera une inquiétante révision de la Constitution et des lois organisant les institutions de la République, dont l’examen débutera dès le lendemain en séance à l’Assemblée nationale. Le projet présidentiel vise à concentrer davantage les pouvoirs, à en éloigner encore plus les citoyens, à réduire le rôle du Parlement et le pluralisme de sa composition. Nous alertons. Notre démocratie se porte mal. Avec ce projet, tout va s’aggraver.

Real time web analytics, Heat map tracking