Imprimer
Catégorie : Italie

La grande multinationale française Leroy Merlin, avec ses propres magasins et installations dans le monde entier, utilise le « caporalato » pour le recrutement des employés dans l’entrepôt du pôle logistique de Castel San Giovanni dans la province de Piacenza (Italie).

Les 420 travailleurs ne sont pas directement employés par la multinationale, mais par le biais d’un système de «coopératives» opérant en tant que des intermédiaires réels du travail et qui s’enrichissent en soustrayant les salaires et les droits de «leurs» travailleurs.

Non seulement les coopératives qui fournissent la main-d’oeuvre à Leroy Merlin ne garantissent pas le respect du contrat et les droits minimaux – les licenciements sont à l’ordre du jour, et le remplacement est très élevé, il suffit d’essayer de soulever la tête – mais ils changent continuellement de denomination et code fiscal pour échapper aux inspecteurs du travail afin de continuer à violer les règles régissantes les salaires, les contributions régulières et la protection de la santé dans les installations. Souvent ils sont aidés par des syndicats complaisants.

La majorité des travailleurs, dans toute la logistique, est composé d’étrangers soumis aux chantages parce que la perte du travail met en péril le renouvellement du permis de séjour, de cette condition d’infériorité, des cooperatives profitent.

Derrière les escomptes et le bas prix des marchandises affichées sur les étagères de ses magasins se cache l’exploitation et l’esclavage de milliers d’employés qui travaillent jour et nuit pour assurer la manutention et le transport des produits.

Nous pensons que Leroy Merlin est directement responsable de cette situation d’exploitation, qui devient une nouvelle forme d’esclavage. L’ensemble du système logistique est basé sur ces pratiques qui permettent également aux géants du commerce électronique, comme Amazon et d’autres, de pouvoir accumuler des richesses et des profits énormes.

L’USB est présente avec des milliers de membres dans des entrepôts logistiques dans tout le pays et aussi sur le territoire de Piacenza où de nombreux entrepôts sont concentrés avec des milliers d’employés.

USB demande que les grandes entreprises de distribution, le commerce, les multinationales telle que Leroy Merlin immédiatement doit arrêter toute relation avec le système de coopératives, embaucher leurs propres employés, appliquer le contrat de référence sans escompte, payer les impôts et les cotisations dans les pays qui les reçoivent.

USB distribue ce communiqué devant les magasins Leroy Merlin dans toute l’Italie et, grâce à la coopération des syndicats membres de la Fédération Syndicale Mondiale, également dans les magasins des pays où il ya des installations où des magasins de la multinationale Français.

ESCLAVES, JAMAIS!

 

Source:

Fédération Syndicale Mondiale